Accueil
Histoire
Les poètes
Engagement ?
Raisons
Trop engagé ?
Commentaires
Vocabulaire
Petit Plus...
Pour Finir

L'engagement passe-t-il par l'écriture ?

 

Pourquoi des poètes ont-ils choisi de s'engager ? Pourquoi d'autres se sont-ils battus contre cette forme d'art ? Essayons de comprendre les deux points de vue.

 

Qu'est ce qu'un poète engagé ? Un poète conscient de sa responsabilité. Il sait qu'il est lu, écouté. Il sait que ce qu'il écrira restera dans l'esprit de quelques personnes. Il peut-être aussi le témoin ou l'acteur de l'histoire, celle qui se passe, celle qui est au centre de tout. Il peut également devenir la voix de tous ceux qui voudraient s'exprimer mais qui ne peuvent pas. Le "je" devient la parole de l'humanité.

Mais pour quelles raisons ont-ils choisi de s'engager ? Nous trouvons trois grandes raisons.

La première est le témoignage. Le poète veut montrer les malheurs de son époque afin qu'ils ne soient jamais oubliés. Ainsi il nous donne en même temps son point de vue, sa manière de voir qui peut être différente face à quelqu'un d'autre. Ce témoignage peut se transformer assez facilement en dénonciation. Cette dénonciation est très présente durant les guerres, plus particulièrement pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le poème d'Eluard, Gabriel Péri en hommage à l'homme du même nom, fusillé, illustre cette dénonciation. Le poète dénonce cette mort injuste, causée par les Allemands et leur cruauté.

Enfin leurs vers peuvent agir dans leur cause. Ils prennent part au combat plus concrètement durant la Guerre dans la Résistance. Eluard en est un véritable exemple. En effet, il a écrit sur de nombreux tracts son poème Liberté et les avait largués d'un avion aux hommes qui étaient au front pour symboliser cette résistance.

 

 

Cependant, peut-on définir la poésie engagée comme poésie ?

Cette poésie luttant pour la liberté n'est-elle pas elle-même entravée par les chaînes de l'engagement politique ?

En y incluant des valeurs nationalistes, certains poètes estiment que la poésie s'en trouve souillée, dépouillée de sa nature. Aussi de grands auteurs tels René Char répugnèrent à impliquer la poésie en temps de guerre et refusèrent de diffuser leur œuvres.

En quoi l'engagement entrave-t-il la poésie? Bien des auteurs ont répondu à cette question, et l'une des principales raisons est la fonction politique qui s'en dégage, devenant ainsi la base même de cette poésie; structurée par un élan nationaliste, celle-ci se voit dénaturée, utilisée à des fins politiques. Cet engagement appelant à la liberté se dresse en fin de compte contre une libération, entière de l'homme en le manipulant. La fonction de ce type de poésie est alors de convaincre et/ou de persuader, et non de faire rêver, d'émouvoir. Benjamin Péret (1899-1959) par exemple, a défendu cette idée en publiant en 1945 Le Déshonneur des poètes, soit deux ans après la parution de l'Honneur des poètes. Le titre qu'il avait choisi indique tout de suite son désaccord par rapport à l'ouvrage d'Eluard.

Pour le citer, "la poésie n'a pas à intervenir dans le débat autrement que par son action propre (...) Elle n'a pas de patrie puisqu'elle est de tous les temps et de tous les lieux (...) Par contre, de tout poème "authentique" s'échappe un souffle de liberté entière et agissante, même si cette liberté n'est pas évoquée sous son aspect politique ou social, et par là, contribue à la libération effective de l'homme".

D'après Péret, la liberté qu'inspire un poème n'est pas une liberté que l'on nomme et qui a un rapport politique, mais une liberté qui fait s'évader le lecteur dans un rêve, l'imagination. Le fait de parler de politique ou d'être engagé gâche alors cette liberté.

 

Mais alors qui a raison ? Ils ont tous des points de vue qui se défendent. Peut-on trancher ? Nous avons décidé de nous poser la question différemment. Qu'est-ce qui peut faire qu'un poème engagé n'est plus un poème ? Dans quelles mesures la poésie est-elle trop engagée ?

~> Répondons à la question ensemble <~